TEXTES        TÉMOIGNAGES    
   
Joël et Dina MAHEUT | Comment Dieu m’a délivré de l’alcool et sauvé mon mariage
   
Ecouter
Ecouter
Commentaires
J'aime1
Imprimer
J'aime!
J'aime 1
Partager!
   
Mis en ligne le : 26/10/2015
Comment Dieu m’a délivré de l’alcool et sauvé mon mariage

Fais de l’Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire. (Psaume 37:4)

Je suis né dans un foyer où il y avait la crainte de Dieu, mais aussi la foi en lui. Il m’a donc été donné le privilège de grandir dans la connaissance de la Parole de Dieu. Mes parents sont évangéliques et je fréquentais l’Assemblée Evangélique régulièrement avec eux. Dans mon cœur, j’avais le désir de servir Dieu, mais mon jeune âge occultait les responsabilités d’un tel engagement. La rigidité de mon père dans mon éducation chrétienne m’a permis d’éviter les pièges de la vie.

Mon épouse était catholique, mais non pratiquante, (Puis il y a trente cinq ans de cela par mon témoignage, elle a accepté le Seigneur dans sa vie, puis passé par les eaux du baptême et baptisé dans l’Esprit le jour même) aujourd’hui, elle partage ma foi vivante en Jésus-Christ et vous verrez combien, elle est une femme d’une force exceptionnelle, c’est Dieu qui l’a préparée à ce qui allait nous arriver.

Je suis resté à l’écoute de la Parole de Dieu, jusqu’à l’âge de 34 ans puis des désaccords sont arrivés et je suis parti.

Je disais toujours que je retournerais dans l’Assemblée, mais que je n’étais pas prêt, que j’avais le temps. J’avais toujours un prétexte, une excuse, pas d’argent pour l’essence, vingt cinq kilomètres c’était trop loin, en fait des excuses totalement fausses. A cause de ma rébellion envers Dieu, j’entraînais ma famille dans un chaos spirituel inéluctable.

Cela a duré 20 ans.

20 années, pendant lesquelles je me suis permis de faire des choses les plus insensées, que je n’aurais jamais faites auparavant.

Pendant 18 années je me suis disculpé. Je me trouvais des prétextes, des raisons non fondées, entre autres que nous n’avions pas d’argent et pour cause, nous avions fait d’innombrables crédits. Nous étions arrivés à un tel point de surendettement que nous avions été obligés de nous mettre en banque de France. Nous possédions toutes les cartes de crédits qui existent! Ah ! Nous en avions mais avec plus rien dessus, et quand il y avait un prélèvement, bien souvent, il servait à reboucher un autre. En effet, nous ne pouvions même plus régler les loyers de notre maison.

Mais pendant un temps, cela a changé, je me suis mis à faire de la vente directe : parfum, maquillage, bijoux, gastronomie, vêtements, etc., et plus je vendais, moins nous avions d’argent pour finir nos mois. Nous avions le porte monnaie complètement troué ! Cette situation alarmante m’a entraîné à deux périodes de deux années de chômage, j’étais déstabilisé, désorienté et l’indifférence s’installa dans notre foyer.

La période qui suit se situe de 2004 à 2005, période de la grande détresse :

J’ai sombré encore plus profondément dans l’alcool. Une bouteille de whisky ou de pastis ne me faisait pas peur en un apéritif. J’en étais arrivé à boire sans soif. Je vidais une bouteille de vin comme je vidais une bouteille d’eau et il m’en fallait toujours plus ! Un paquet de bière, je ne le quittais que quand je l’avais terminé. D’ailleurs tous les jours de repos que j’avais, ils étaient noyés dans l’alcool.

Je suis parti de la maison une semaine où j’ai vécu dans un bois, vivant comme une bête sauvage de champignons, d’herbes. Dormant à la belle étoile, subissant le froid et la pluie, etc. (sérieux) Aujourd’hui, en écrivant ces lignes, je pense au roi Nebucadnetsar  (Livre de Daniel : 4 / 28-37).

Pendant cette crise, alors que j’étais toujours dans ce bois, je suis par deux fois allé à la ville qui se trouve à 8 kms. Deux fois j’ai donc fait l’aller-retour avec des petites chaussures. Si vous aviez pu voir les ampoules sous mes talons ! Je me punissais, je me haïssais, je voulais en finir et je me disais qu’avec ses efforts je ne tiendrais pas le coup. En effet, je suis asthmatique alors que d’habitude j’aurais craqué. Il m’était totalement égal de finir sur le bord de la route dans le fossé…

Là pas moyen… Dans ce bois fatigué, je me suis rendu chez un collègue de travail. A son insu, je lui ai volé un bon verre d’eau de javel car je voulais vraiment en finir et tous les moyens me semblaient bons. Puis je suis reparti dans mon bois. Je l’ai bu ce verre mais croyez-moi, il ne faut pas le faire ! Je me suis retrouvé à l’hôpital avec de sérieuses remontrances et une drôle de voix. (Ma fille savait que j’étais dans ce bois et passait me voir, elle a vendu la mèche).

Je n’en suis pas resté là ! J’ai fait 4 tentatives de suicide, dont 2 ont véritablement failli réussir. Une fois, je suis arrivé à l’hôpital tout gris ! Et pendant une heure ce fut le branle bas de combat aux urgences (entre autre, ils font un travail pénible mais merveilleux, sinon, je ne serais pas là pour vous donner ce témoignage, croyez-moi !).

Des boîtes de médicaments entières étaient avalés, mélangés à l’alcool, seulement Dieu veillait et se servait de mon épouse. A chaque fois elle me tombait dessus, pourtant elle n’était pas à côté de moi quand je faisais cela, mais elle arrivait toujours au moment crucial.

Et c’était le retour à l’hôpital, une fois de plus et dans un sale état. J’ai vu des psychiatres, des psychologues mais je n’ai pas suivi leurs recommandations.

Je suis reparti de la maison pendant trois semaines dans un foyer Coatel en disant que je voulais réfléchir, mais en fait, je suis parti sans raison car rien n’y faisait, ni ne changeait, j’étais toujours aussi mal dans ma personne.

Je ne savais vraiment plus où j’en étais… j’étais totalement à l’ouest.

Nous étions sous la menace d’une saisie de notre maison ayant 2 années de loyers impayés. Mon épouse a un grand mérite, car avec seulement 20 euros par semaine elle préparait les repas pour 7 personnes à la maison !

Dieu nous préparait le terrain et il peut en être exactement de même pour vous. Je ne le voyais pas. Il est réellement celui qui aplanit notre sentier. Il a un plan pour la vie de chacun d’entre nous, tout comme l’Écriture le dit (Prov. 16/9).

Mon épouse a repris à mon insu contact avec le pasteur de l’Eglise Evangélique mais également avec un autre pasteur que nous estimons beaucoup et qui se trouve à Étampes. Elle y est allée plusieurs fois sans moi, puis réflexion faite je l’emmenais et l’attendais sur le parking. Je pensais à ce qu’allaient dire les gens. Le regard des uns et des autres me gênait, touché dans mon orgueil et mes préjugés, Il m’a fallu lutter très fort contre cette crainte qui m’envahissait à chaque fois.

Personne n’est venu me voir pour me forcer à entrer. Ce que je savais, c’est qu’ils priaient les uns et les autres pour moi. C’est donc ainsi que Dieu a fait Son œuvre dans ma vie. Ce qui avait été semé en moi durant toutes ces années ne demandait qu’à être raffermi !

Ainsi je remis pieds dans une Eglise Evangélique ! J’ai redécouvert la grâce infinie de Dieu manifesté en Jésus-Christ, son pardon immuable, j’avais remporté la victoire en mettant Jésus au centre de ma vie. Notre paix ne dépend pas des autres mais de nous-mêmes et de ce que nous voulons en faire !

J’aimerais vous raconter quelques unes des grâces qui nous ont été accordées, parce que si je suis retourné dans l’Eglise Evangélique, Dieu a manifesté à notre égard de bonnes et merveilleuses bénédictions. Comme je l’ai écrit, je suis allé vivre au Coatel pendant trois semaines, de ce fait j’avais ouvert un compte bancaire à mon nom personnel.

J’avais de l’argent sur mon compte, mais le banquier refuse de m’en donner tant que le compte joint n’est pas régularisé. Je le menace d’écrire au médiateur, ça lui passe au dessus de la tête. Alors choses dites égales choses faites (je n’avais rien à perdre).

Réponse du médiateur, il me renvoie sur la banque centrale qui me contacte pour un rendez-vous (je vous rappelle aussi que nous sommes en banque de France et de ce fait nous ne pouvons plus faire d’emprunt où que ce soit).Le rendez-vous est pris puis la personne vient à la maison (nous sommes au bord du gouffre, à la limite extrême de tout perdre). Les convocations du tribunal commencent à tomber. Nous parlons et nous expliquons notre situation.

La personne nous dit qu’elle était venue avec déjà l’idée de racheter non seulement le crédit de notre maison mais aussi celui de toutes les cartes. Par la grâce de Dieu, deux mois après, non seulement tous nos crédits étaient réglés mais nous gardions aussi notre maison. Ce qui aux yeux de beaucoup étaient totalement impossible car tout présageait le contraire mais Dieu par cette personne a permis que tout soit sauvé !

Comme je l’ai aussi écrit, je suis asthmatique et souvent j’étais arrêté dans mon travail. Il m’arrivait depuis des années d’être en arrêt de travail pendant deux, trois, voir quatre mois. Depuis, en deux ans, je n’ai été arrêté que quinze jours et pour toutes autres choses.

Pour ce qui est de l’alcool, je ne bois plus. J’en ai été libéré de suite. Alors que je parlais avec un collègue de travail, il y a quelques jours, il me demandait si j’étais suivi, je lui ai répondu que non et que tout allait très bien, alors que lui a reconnu avoir besoin d’être suivi.

Quand Dieu pose Sa main, c’est une main puissante et guérissante. Comme j’aime à le dire, Dieu ne fait pas les choses à moitié.

Depuis longtemps je souhaitais offrir un beau cadeau à mon épouse et mes enfants mais pas moyen, même si aujourd’hui cela va nettement mieux, nous ne devons pas oublier que nous sommes gestionnaires de ce que nous recevons, aussi donc nous faisons attention.

Mais regardez La main de Dieu.

Sur une affiche dans l’usine où je travaille, alors que je passe devant tous les jours, je vois que la prime de transport que je perçois ne correspond pas au nombre de kilomètres que sont les miens. J’en parle et on me dit que l’on va mettre cela à jour. On me parle de rappel sur six mois et je me vois avec une petite somme à la fin du mois en plus sur mon salaire.

Seulement avec Dieu, c’est tout autre chose car Il ne fait pas les choses à moitié. Il m’a été fait un rappel de retard jusqu’à huit années en arrière. J’avais de quoi faire un beau cadeau à mon épouse bien-aimée et à mes enfants. N’est-ce pas merveilleux et cela ne m’a été permis qu’après trente années de vie commune !

Ce qui m’était impossible depuis plus de 36 années, s’est produit. Je me suis réconcilié avec mon père terrestre que j’avais rejeté suite au décès de ma mère. Je suis aussi retourné faire la paix avec le pasteur qui a été la cause de mon départ, et cela 22 ans après.

Oui, je sais, j’ai la rancune tenace mais quand Dieu rentre véritablement dans une vie, je puis encore une fois vous assurer qu’Il ne fait pas les choses à moitié.

Vous m’auriez dit de le faire il y a trois ans, je vous aurais répondu certainement pas ! Je ne suis pas le responsable et c’est moi qui ai souffert de tout cela, nous n’en serions peut-être pas arrivés là.

En résumé, je suis en paix avec tous.

La chose la plus importante après mon retour en grâce aux yeux de Dieu, c’est le pardon de mon épouse et de mes enfants. Ils ont souffert durant des années de mon égoïsme, de mon ivrognerie. Je pourrais dire aussi de mes mensonges. J’ai tellement menti pour assouvir ma propre volonté. Leur pardon dans ce monde à mes yeux vaut aujourd’hui tout l’or du monde !

A présent, mon épouse ne marche pas devant moi pour me faire de l’ombre ou même derrière moi pour me pousser. Elle fait ce que toute femme devrait faire aujourd’hui, elle marche à mes côtés et d’un même pas, c’est formidable ! Nous ne sommes pas plus l’un que l’autre. Nous reprenons les décisions ensemble, ce qui n’était plus le cas depuis bien longtemps. Après cela dites-moi que mon épouse n’est pas une femme merveilleuse et que mes enfants ne le sont pas non plus ? Mais Dieu est encore plus merveilleux !

Il est vrai que j’ai un fils qui ne me pardonne pas et franchement je le comprends. J’ai fait ce qui m’était possible pour trouver grâce à ses yeux. Je lui ai demandé pardon mais pour l’heure cela ne passe pas. Je prie pour que Dieu touche son cœur et je crois qu’Il le fera en Son temps, j’ai confiance en ce Dieu de l’impossible ! (Nous nous sommes retrouvés avec notre fils Jonathan, le samedi : 18 février 2012, sans que rien ne soit planifié sauf par Dieu comme nous voulons le croire ! ! !  7 années éloignées les uns des autres)

Ce qui me fait plus de mal encore, c’est que nous travaillons dans la même société, nous commençons aux mêmes heures et finissons aussi aux mêmes heures. Quand notre travail est terminé je le vois à la pointeuse et à sa voiture, mais son regard m’évite totalement. L’apôtre Paul avait une écharde en son corps, à l’heure actuelle c’est la mienne, mais Dieu ne m’a pas encore dit : Ma grâce te suffit. Alors je persévère dans la prière.

A toute cette patience, je dois ajouter celle des gens de l’usine et de la direction dans laquelle je travaille car ils en ont vu eux aussi !

Mais j’ai un Dieu encore plus merveilleux car Il m’a tout pardonné, il m’a tant donné et me donne tant encore et dans cette grâce qu’Il m’a accordée, Il a rétabli mon foyer !

Aujourd’hui, je suis dans l’Eglise Evangélique et tous nos problèmes sont résolus. Je n’aurais jamais été capable de pouvoir remonter d’un seul coup. J’ai essayé pendant des années sans la moindre réussite mais Dieu a fait Son œuvre et je ne peux que le glorifier ! Il y aura encore des problèmes. Cependant, nous ne sommes plus deux mais trois avec Lui, c’est ce qui fait toute la différence aujourd’hui.

Je ne pourrais jamais rattraper ce mal qui est passé mais je marche aujourd’hui en nouveauté de vie. Ma vie a totalement changé. Vous qui me lisez, je suis certain que vous pouvez vous aussi faire cette rencontre que j’ai faite avec Dieu. Pour moi, cela n’est qu’un renouveau, un nouveau départ, pour vous c’est peut-être la première fois que vous lisez un témoignage de ce que Dieu peut faire pour changer une vie.

Nous ne sommes peut-être pas dans les mêmes conditions. Laissez-moi vous dire que rien n’est impossible au Dieu que je connais. Ce qu’Il a été capable de m’accorder, je suis comme vous, je ne le méritais absolument pas et certainement encore moins que vous, puisque je l’avais laissé tomber.

Je puis vous assurer que c’est un Père Aimant. Il pardonne à celui qui vient à Lui sincèrement, sans excuses, sans faux prétextes ou faux fuyants. Soyez honnêtes avec vous-mêmes, avec Lui et vous verrez des choses merveilleuses s’accomplir dans votre vie ! Oui, la parabole du fils prodigue (Luc : 15 / 11-32) est une réalité que Dieu veut accomplir dans nos vies. Il suffit de le vouloir et d’accepter de Le laisser entrer. Certains me diront peut-être, « oui mais vous, vous avez une connaissance des Écritures », c’est peut-être vrai mais ce n’est pas ce qui fait tout, croyez-moi !

Vous comme moi, nous avons notre part à faire. Nous avons des responsabilités que nous nous devons d’assumer mais il est un fait incontestable : c’est qu’avec Dieu tout est possible ! Aujourd’hui nous sommes membres d’une Assemblée Evangélique.  Nous voudrions terminer avec ce passage de la Bible :

 » Nous savons du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.  » (Romains : 8 / 28)

Joël et Dina MAHEUT



Mots Clés : alcool couple ivre délivrance mariage couple
   
 
Ecouter
Ecouter
Commentaires
J'aime1
Imprimer
J'aime!
J'aime 1
Partager!
Lire le texte

   Theoson   
IL combattait à ma place
Mis en ligne le : 23/02/2016
Lire le texte

   Témoignage   
Jésus m’a délivré de l’alcool
Mis en ligne le : 20/05/2014
L'amour plus fort que l'alcool
Mis en ligne le : 04-03-2010
Lire le texte

   Valerio   
Ex polytoxicomane, sdf, alcoolique
Mis en ligne le : 05-07-2009
Lire le texte

   NA   
 
 
   
 
1
COMMENTAIRE   
   
Tina94 : Gloire à Dieu! Louange à Jésus!
Quel beau témoignage!
Pour votre fils, c'est Dieu qui fera en son temps. Il a su vous restaurer entièrement, alors il saura ramener votre fils vers vous et là vous serez comblé de joie.
Soyez béni avec votre épouse.
Tina.
Répondre - commentaire posté le 11-11-2015 à 20:00:52

 
 
 
 
   
   LIRE AUSSI    
Lire le texte
  Theoson  
IL combattait à ma place
Mis en ligne le : 23/02/2016
Jésus m’a délivré de l’alcool
Mis en ligne le : 20/05/2014
 

           
MINISTERE NYCODEM
Le Ministère NYCODEM est une association chrétienne principalement basée sur Internet, qui se donne pour mission d'œuvrer dans le monde VIRTUEL afin de conduire plusieurs à expérimenter et à conserver la nouvelle naissance sans laquelle nous ne pouvons prétendre appartenir à Dieu. DONALD SORO/ Président fondateur
 
AUTEURS NYCO

 
NOS AUTRES SITES WEB
Cure d'âme PERCO
Nyco WEB RADI0
Amour Chrétien
Naitre de nouveau.com
Facebook
Twitter
Google+
Nyco Rss  
NEWSLETTER NYCO
Recevez chaque semaine l'exhortation NYCO écrite par Donald SORO

Ministère NYCODEM 2005- 2017 requete invalide enr ip