TEXTES        ENSEIGNEMENTS    
   
Ahoulou Eugene | Pourquoi veux-tu être béni(e)?
   
Ecouter
Ecouter
Commentaires
J'aime0
Imprimer
J'aime!
J'aime 0
Partager!
   
Mis en ligne le : 05/04/2016
Pourquoi veux-tu être béni(e)?
1 Ch 4:9 Jaebets était plus considéré que ses frères ; sa mère lui donna le nom de Jaebets, en disant : C’est parce que je l’ai enfanté avec douleur.
 
Jaebets…, sans doute issu de la famille de Caleb, le chien à la queue dressée qui jappait et attaquait et qui fit honneur à Dieu sous la direction de Josué. Ce nom n’apparaît que trois fois dans les écritures.
Une fois pour dire que la ville portant son nom hébergeait des hommes éminents. Une fois encore pour souligner combien sa source fut dramatique. Son nom Jaebets était synonyme de souffrance. Il était considéré soit pour la force et le courage qu’il inspira à plus d’un, soit pour la lourdeur dans son existence. La pitié qu’on lui vouait. Il était délicat et on en tenait compte pour les responsabilités. Il était... Es 53:3  Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. 
Dieu lui a fait ce corps pour confondre les forts. Lorsque les gens entendaient parlé de Samson, ils étaient dans l'effroi. mais en face de lui, il devenait leur ami. Lorsque que vous êtes marqué dès votre naissance, vous avez aussi une belle revanche à prendre sur la vie. mais nous ne le savons pas sur le coup. Et nous murmurons.
 
Voyez dès que les nuages apparaissaient, mon père me mettait en quarantaine. L’on me considérait comme du sel en désaccord avec la pluie et les orages. Je restais à la maison à surveiller les petits derniers ou pour des « corvées » destinées aux « femmes ». Bien que fit aîné, je fus vite surclassé par les plus petits, parce que trop frêle, trop malingre, trop… délicat. Ces considérations qui développent en vous le complexe, l’abattement, l’apitoiement. Face à Goliath, David le gringalet n’était pas l’homme de la situation. Il était une folie livrée.
 
« Jaebets fut enfanté avec douleurs ». 
Et la suite de sa vie fut douloureuse. Rien ne lui réussissait. Ses possessions passaient aux mains des plus forts. « La raison du plus fort, est toujours la meilleure » qu’il dit la fable. Luc 11:22 Mais, si un plus fort que lui survient et le dompte, il lui enlève toutes les armes dans lesquelles il se confiait, et il distribue ses dépouilles. Ils ont profité de notre faiblesse, de notre générosité… de notre sensibilité. De plus l’angine de poitrine m’empêchait  de grandir et de grossir comme il se doit et cela affligeait aussi mes parents. Quel est cet enfant maladif ? Qu’allons-nous espérer de lui ? C’est ainsi que vous et moi avons beaucoup perdu en nos familles, en nos boulots, en nos amitiés
 
 Tout était en Jaebets, en sa nature comme moi. Dieu lui-même m’avait conçu ainsi. Puis-je m’écrier « Ps 139:14 Je te loue de ce queje suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien ? » 
Vous savez cette haine de Dieu de nous avoir fait noir ou ce nez camus et ses mamelles traînantes qui nous conduisent chez le chirurgien… il nous faut parfaire ces ratées de la nature. Dire à Dieu combien, il est injuste de nous avoir fait ainsi. Je n'osais pas beaucoup, je m'isolais, je lisais... j'avais très peu d'amis. Je détestais les jeux brutaux, les amis féroces. Pauvre de moi, Dieu m'avait isolé. Pourquoi?
 
Jaebets  fut enfanté avec peine, et ce fut son nom de baptême : la peine, l’affliction, la souffrance. Rien ne lui réussissait. Il n’espérait même pas avoir une épouse considérée… il était seul et esseulé, bloqué. Et ses propres doutes l’enfoncèrent d’avantage dans la solitude et dans la douleur. Oh « homme de douleur, habitué à la souffrance… » Par le nom, sa mère l’avait consacré à un démon, un oppresseur, Baal ou Astarté. Pui un jour... Dieu le toisa...
Jug 6:15 Gédéon lui dit : Ah ! mon seigneur, avec quoi délivrerai-jeIsraël ? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis leplus petit dans la maison de mon père. 
Les habitants de la ville demandèrent la mort de Gédéon; son père déclara que Baal devait lutter lui-même pour sa cause. Gédéon reçut le nom de Yeroubbaal: "que Baal combatte"; plus tard, lorsqu’on évita de prononcer le nom de Baal, jugé odieux, on appela Gédéon Yeroubbécheth, qui signifie: "Que la chose honteuse combatte". 
Baal était bien une chose honteuse. Mais chacun en ces temps-là en avait dans sa cour. Que les "choses honteuses se combattent entre elles" Quelle considération !

Ju 6:13 Gédéon lui dit : Ah ! mon seigneur, si l’Eternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées ? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils disent : L’Eternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d’Egypte ? Maintenant l’Eternel nous abandonne, et il nous livre entre les mains de Madian !
Dieu nous a livré dans les mains de nos oppresseurs. Ils nous avilissent, se moquent de nous. Nous sommes bloqués de toute part. Ils contrôlent tout. Nous sommes esclaves dans notre propre nation, notre propre maison. 
« La chose honteuse », Baal et sa compagne Astarté, a triomphé de l’église aussi. Nous célébrons l’onction de mariage enfermé dans des bunkers. Tous ceux qui osent, battent le froment dans les pressoirs étant sous oppression. Nous faisons sa volonté. Nous servons la queue entre les pattes. Quelle honte !
 
Quand Dieu le toisa, il balbutia : ce ne peut être… 
« Juges 6:15 Gédéon lui dit : Ah ! mon seigneur, avec quoi délivrerai-je Israël ? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père ». 
Que de superlatifs dans l’étroitesse ! Vous savez que nous vantons l’onction  «  la grande » juste pour exploiter les brebis. Nous ne pouvons grand-chose pour eux, nous ne pouvons rien. Goliath et sa tribu sont des géants et à leurs yeux, comme aux nôtres…. Nous voilà sauterelles fuyant. Nous copinerons alors… nous voilà collabos des impies. Notre nouvelle naissance fut bien douloureuse.
 
Gen 35:18  Et comme elle allait rendre l’âme, car elle était mourante, elle lui donna le nom de Ben-Oni ; mais le père l’appela Benjamin
Pour cette mère, l’enfantement avait surpassé la douleur. C’est la mort qui se montra. Cet enfant est un meurtrier. Voilà l’autre fardeau que porta beaucoup avec les regards certifiant des vivants : cet enfant a tué sa mère. 
C’est un fils terrible, un vrai sorcier. C’est pourquoi il porte le nom de : Ben-Oni. C’est le fils de la douleur,  « fils de mon affliction », fils de la malchance. Quel honte ! 

Lui aussi aurait été bloqué, incapable de connaître l’épanouissement si… la source, celui qui avait émis la semence, en accord avec Dieu, avait négligemment accepté cette défaite. Le « père » le renomma « Benjamin ». « Fils de ma droite », une droite victorieuse. Un fils qui suscite le succès : Héb 1:13 Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ?
 
Es 54:2 Élargis l’espace de ta tente ; Qu’on déploie les couvertures de ta demeure : Ne retiens pas ! Allonge tes cordages, Et affermis tespieux ! 
Ta position est la mienne. Il nous faut sortir de là. Jé 29:11 « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance », qu’il dit. 
Nous devons jetés « notre filet sur sa parole ». Nous devons faire front et dire : voleur, diabète, hypertension, fausse couche…. Ça suffit ! Rendez-moi ce que vous avez volé, ma santé ma famille, mon foyer, mes enfants, ce sont mes possessions. J’en prends Dieu à témoin contre vous. 
Esaïe 1:18 Venez et plaidons ! dit l’Eternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. 
Nous ne devons plus laissé quelque culpabilité ou complexe nous empêcher de revendiquer ce qui nous revient de droit. Refusons l’étroitesse. Étendons nos limites. Qu’on déploie les couvertures de ta demeure : Ne retiens pas ! Allonge tes cordages, Et affermis tespieux ! 
Voyez avec quelle hardiesse je vous écris. Ces années de solitude ou d'apitoiement ont tourné à mon avantage. Elles m'ont transformé en gardien de la Parole. Dieu écrit droit avec des lignes courbes.
 
1 Ch 4:10 Jaebets invoqua le Dieu d’Israël, en disant : Si tu me bénis et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi, et si tu me préserves du malheur, en sorte que je ne sois pas dans la souffrance ! …  
Et Dieu accorda ce qu’il avait demandé.  
Invoquer  à travers l’idée d’aborder une personne rencontrée soit accidentellement ou dans un but hostile. 
Ge 32:26 Il dit : Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. Et Jacob répondit : Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni.  
Même handicapé et souffrant, Jacob s’accrochait.  Il faut tirer au clair ce conflit. Que Dieu donne des réponses, des garantis aussi. Jacob criait, émettait un son bruyant agrippé à la robe du père : je veux mon argent pour mes bonbons. Il prenait Dieu à témoin, si Dieu refusait de la bénir.
Voyez ! Dieu m'a habitué à la solitude, à l'isolement, à la méditation... les fruits d'une telle éducation sont entre vos mains, sous vos yeux. Dieu nous émonde pour un but.
 
Invoquer comporte un volet violent. Mat 11:12 Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent. « Oui tu m’as fait créature merveilleuse, je ne puis accepter ce cancer… »
Invoquer Dieu, c’est entré dans le contrat. Et les contrats sont visés par des partenaires égaux en droit. Cela ne se fera pas sans lutte.
 
 
2 Cor 6:1 Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain
Chacun donne « autant que » l’autre. Mal 3:10 Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Eternel des armées.Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance

Nous donnons la dîme de notre sang, de notre sueur pour l’honorer. Lui donne la sueur du ciel pour notre bien-être. Mais il est bien souligné qu’il nous donne pour donner. C’est lui le premier qui a donné sa vie… Jean 15:13 Il n’y a pas de plus grand amour que dedonner sa vie pour ses amis. Le Dieu d’Israël aime l’alliance sang pour sang. Une alliance vivante et éternelle. 
Dès ce moment, ce n’est plus Jaebets, le poisseux. C'est "El-Jahebets", le Dieu qui vous rend considérable, distingué. Ge28:15  Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai dans ce pays ; car je ne t’abandonnerai point, que je n’aie exécuté ce que je te dis.
 
Ge 28:20  Jacob fit un vœu, en disant: Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir,    et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l’Eternel sera mon Dieu ; Ge 28:22  cette pierre, que j’ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu ; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras.
 
 Nous savons les exigences de Jaebets : Si tu me bénis et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi, et si tu me préserves du malheur, en sorte que je ne sois pas dans la souffrance ! » 
Mais que donnait-il en retour ? Silence et bouche cousue. Mais je puis vous dire que tous ceux qui font vœux à l’Eternel disent la même chose. Mat 26:35 Pierre lui répondit : Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. Et tous les disciples dirent la même chose.  
Les conditions que Dieu pose en retour sont invariables : je te donne ma vie, tu me donnes ta vie. 1 Sam 1:11  Elle fit un vœu, en disant :Eternel des armées ! Si tu daignes regarder l’affliction de ta servante, si tu te souviens de moi et n’oublies point ta servante, et si tu donnes à ta servante un enfant mâle, je le consacrerai à l’Eternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête
Jacob après avoir posé ses conditions syndicales fit cependant trois vœux : tu seras mon Dieu (et moi gardien de tes statuts), je te bâtirai une maison (et moi je serai ton temple), je te donnerai la dîme de tout (je gouvernerai le royaume nouveau conformément à tes pensées). 
 
Je vous rappelle que la dîme est pour les condiments du repas communautaire. Elle indique l’attitude nouvelle de la race sainte dans le royaume de Dieu.1 Cor 11:33 Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres. 
Nous vaincrons tous ensemble ou nous périrons tous solidairement. La dîme c’est le repas symbolisant l’unité d’un corps. 
Anne donna son fils pour l’édification de ce corps comme prophète. Ce n’était pas un prophète à la tête rasée, il ne faisait qu’une volonté, celle de Dieu. Il était attaché au « regarde et fais d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne ! »
 
Si ce n’est pas pour ces buts mentionnés ci-dessus, pourquoi voulez-vous être bénis ? Jac 4:3 Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.
Lorsque vous demandez une chose, sachez que Dieu vous aussi la même chose. aussi il ne vous lâchera pas cette chose sans un compromis acceptable par tous.1 Jean 5:14  Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Pourquoi dans vos invocation, vous voulez être content tout seul? Comprenons le prière de Anne...

 

Eternel des armées ! Si tu daignes regarder l’affliction de ta servante, si tu te souviens de moi et n’oublies point ta servante, et si tu donnes à ta servante un enfant mâle,
je le consacrerai à l’Eternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête

...SHALOM !


Mots Clés : bénédiction abondance Dieu prospérité
   
 
Ecouter
Ecouter
Commentaires
J'aime0
Imprimer
J'aime!
J'aime 0
Partager!
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Donald SORO   
 
 
   
 
0
COMMENTAIRE   
   
Soyez le premier à commenter la ressource Pourquoi veux-tu être béni(e)? de Ahoulou Eugene...




 
 
 
 
   
   LIRE AUSSI    
Lire le texte
    

Mis en ligne le :
 

           
MINISTERE NYCODEM
Le Ministère NYCODEM est une association chrétienne principalement basée sur Internet, qui se donne pour mission d'œuvrer dans le monde VIRTUEL afin de conduire plusieurs à expérimenter et à conserver la nouvelle naissance sans laquelle nous ne pouvons prétendre appartenir à Dieu. DONALD SORO/ Président fondateur
 
AUTEURS NYCO

 
NOS AUTRES SITES WEB
Cure d'âme PERCO
Nyco WEB RADI0
Amour Chrétien
Naitre de nouveau.com
Facebook
Twitter
Google+
Nyco Rss  
NEWSLETTER NYCO
Recevez chaque semaine l'exhortation NYCO écrite par Donald SORO

Ministère NYCODEM 2005- 2017