TEXTES        TÉMOIGNAGES    
   
Julie | Je me mutilais, Jésus m’a libéré
   
Ecouter
Ecouter
Commentaires
J'aime0
Imprimer
J'aime!
J'aime 0
Partager!
   
Mis en ligne le :
Source :
Je m’appelle Julie et j’ai 17 ans. Cela ne fait pas très longtemps que je suis convertie...C’est pour cela que je voudrais vous raconter comment j’ai rencontré le Seigneur et comment ma vie avant que Dieu ne rentre dedans. Ainsi, vous pourrez voir que j’ai vraiment beaucoup changé grâce à tout ce que m’a apporté le Seigneur ! Quand j’ai eu 8 ans, mes parents ont divorcé. Au départ, je n’ai pas bien compris ce qui se passait et naïvement, je croyais que mon père allait bientôt revenir à la maison. Mais lorsque je réalisai que ce n’étais pas possible, je pensai qu’il nous avait abandonné et je refusai d’aller chez lui les week-ends. Mais quelques mois plus tard, ma mère a du se faire hospitaliser car elle était atteinte d’une tuberculose...Pendant tout ce temps-là, j’ai donc vécu chez mon père et là, j’ai découvert une autre vie : en effet, chez mon père, tout était mieux ; il me laissait plus de liberté alors que ma mère était très sévère, il m’achetait tout ce que je voulais etc. Bref LA VIE IDEALE ! Et bien sûr, quand je suis rentrée à la maison (chez ma mère donc), je n’ai plus eu qu’une seule idée : retourner chez mon père. Et à partir de là, j’ai commencé à tourner mal et à faire des tas des bêtises, pour que ma mère cède : j’ai falsifié mon bulletin scolaire (ce qui m’a valu une journée d’exclusion) et ensuite j’ai volé beaucoup d’argent à mes parents. C’est à cet instant que ma mère a porté plainte contre moi, pour me donner une bonne leçon...J’avais 12 ans à l’époque...Je suis donc passée devant le juge pour enfants et j’ai été suivie pendant plusieurs mois par un éducateur spécialisé et par des psychologues. C’est à cette période que ma mère a craqué et qu’elle m’a laissée partir chez mon père. Elle m’en a beaucoup voulu, pensant que j’allais gâcher ma vie et ne jamais réussir...Pendant plusieurs années, j’ai vécu sans souci chez mon père, mais je n’étais pas tranquille dans mon cœur parce que mes relations avec ma mère s’étaient détériorées de plus en plus et nous ne nous voyions que rarement. Mais ma vie a véritablement changé le 21 juin 2002 lorsque je suis allée à la fête de la musique et que j’ai entendu un groupe chanter. Il s’agissait de jeunes qui chantaient des airs entraînants, faisant participer le public. J’appris plus tard que c’était la chorale Let’s Praise God. Mais surtout, ce qui me surprit le plus sur le moment, c’était leurs visages : ils rayonnaient ! Même s’ils ne connaissaient pas les personnes qui venaient les voir chanter, ils leur souriaient et on pouvait voir leurs yeux pétiller... Sur le moment, je n’ai pas compris à cause de quoi ils dégageaient une telle joie mais ce qui est sûr, c’est que je fus profondément touchée et avec le recul, je sais que c’est la première graine que Dieu a planté dans mon cœur, sans que je le sache vraiment... L’année d’après, toujours à la fête de la musique, je suis retournée les écouter chanter, et à nouveau, j’ai été épatée par leur générosité et le bonheur qui se lisait sur leur visage ! Je savais qu’ils faisaient partie d’une église évangélique, mais je n’avais jamais pu y aller, parce que mon père était contre, pensant que c’était une secte... Pendant un petit moment, je continuais à parler avec certaines personnes de la chorale (qui avaient remarqué que j’étais souvent aux concerts) mais très vite, il y a eu un évènement qui m’a fait m’écrouler. En effet, en octobre 2003, une fille de mon école s’est suicidée en se pendant...Cela m’a profondément bouleversée, malgré le fait que je ne la connaissais pas. Mais bizarrement, j’ai ressenti également de l’admiration du respect et même de l’envie. A cette époque, je ne me sentais pas bien dans ma peau, j’étais assez complexée et je me suis mise à penser au suicide...Mais je n’avais pas le courage de passer à l’acte et d’un côté, je pense qu’inconsciemment, je savais que ce n’était pas bien. Alors j’ai trouvé une « solution intermédiaire » et j’ai commencé à me mutiler, à me couper avec un couteau au niveau des avant-bras et des bras (j’ai encore les cicatrices aujourd’hui). Je ne sais pas pourquoi je faisais ça mais cela me conférait un sentiment de sécurité. Pendant l’hiver, cela ne posa pas de problèmes mais quand vint l’été, cela s’avéra plus difficile parce que les marques se voyaient quand je portais un Tee-shirt.. Bien sûr, mon père ne tarda pas à le remarquer et d’ailleurs je me demande si ce n’était pas ce que je souhaitais intérieurement. Mais pourtant il n’a rien fait, si ce n’est me faire promettre de ne plus recommencer, sans pour autant vérifier que je respectais ma promesse. Et je ne l’ai pas tenue ; simplement, pour éviter que cela ne se remarque, je l’ai fait sur les cuisses. Et j’ai continué, je ne voyais pas le bout de tout ça, c’était comme un tunnel sans fin... Malgré cela, je continuai pendant tout ce temps à aller aux concerts et même si cela agissait dans mon cœur, je ne pouvais m’empêcher de me mutiler...C’était plus fort que moi ! Et puis, durant l’été 2004, j’ai eu la chance de pouvoir parler à deux personnes de l’église et durant nos conversations, ils m’ont appris énormément, me guidant lorsque j’ai évoqué le désir de lire la Bible, me décrivant les cultes de la P.O., répondant avec patience à chacune de mes questions etc. C’est vraiment eux que Dieu a envoyés comme intermédiaires pour se faire connaître à moi ! C’est comme ça que j’ai commencé à prier et à me rapprocher petit à petit de Dieu. J’avais très envie d’aller à l’église, mais mon père refusait fermement. Alors j’ai prié pendant longtemps, et j’ai demandé à d’autres personnes de prier également et quelques mois plus tard, il m’a annoncé que nous irions à l’église un dimanche matin ! Cela m’a beaucoup plus, j’ai vraiment été touchée par la présence du Seigneur qui régnait en ce lieu. Mais mon père, lui, n’était toujours pas convaincu et restait persuadé que c’était une secte. Quant à moi, j’évoluais chaque jour dans ma foi mais je continuais quand même à me mutiler, même si je le faisais moins. Et puis, au mois de janvier, j’ai intégré la chorale, réalisant ainsi un magnifique rêve. Mais le véritable déclic s’est fait pendant la semaine de jeûne de février 2005 : c’est vraiment là que j’ai su que je voulais consacrer ma vie à servir le Seigneur et à témoigner de sa gloire ! Peu après, mon père a lui aussi été touché par l’amour de Dieu : il lui a ouvert son cœur et ne le regrette pas du tout !! Depuis, nous allons à chaque fois aux cultes et nous avançons chaque jour avec Jésus, celui qui nous a sauvés et qui a donné sa vie pour nos pêchés. Pour ma part, au week-end de la Pentecôte 2005, j’ai été définitivement guérie de mes mutilations et je sais que je ne le ferai plus. De plus, j’ai été baptisée du Saint-esprit le 03 mai 2005. Actuellement, je suis à Lyon pour mes études et la distance est très dure...Mais je sais que Dieu est avec moi, qu’Il m’accompagne aussi bien dans les bons que dans les mauvais moments, et qu’Il est celui à qui je peux tout confier ! Sans Jésus, j’aurai sûrement recommencé à me mutiler, mais je ne le fais pas, parce que je sais que j’ai été sauvée et que je puise mon réconfort autre part que dans ça ; je le puise dans l’amour de Dieu... Il y a beaucoup de jeunes qui se suicident ou qui se mutilent en France...Mais si on prenait simplement le temps de leur parler de Dieu et de les écouter un peu, ils seraient certainement moins nombreux à passer à l’acte et plus à être sauvés et à pouvoir ensuite témoigner...

Mots Clés : Jésus foi
   
 
Ecouter
Ecouter
Commentaires
J'aime0
Imprimer
J'aime!
J'aime 0
Partager!
Notre identité spirituelle
Mis en ligne le : 12/03/2018
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Donald SORO   
Lire le texte

   Anthony Soro   
Père, guéris mon coeur brisé
Mis en ligne le : 06/03/2018
Lire le texte

   Anthony Soro   
Êtes-vous trop occupé pour Dieu ?
Mis en ligne le : 06/03/2018
 
 
   
 
0
COMMENTAIRE   
   
Soyez le premier à commenter la ressource Je me mutilais, Jésus m’a libéré de Julie...




 
 
 
 
   
   LIRE AUSSI    
Une ancienne star du X décrit son “changement radical”, le jour où elle a trouvé Dieu et est devenue pasteur
Mis en ligne le : 26/03/2018
Lire le texte
  KARINE SICS  
l'église n'est pas encore prête pour m'accueillir
Mis en ligne le : 06/03/2018
Dyslexique, dysphasique, dyspraxique : peut-on s’en sortir ?
Mis en ligne le : 20/10/2017
Le mariage, c’est encore possible ?
Mis en ligne le : 05/10/2017
Lire le texte
  M.E.O.E   
Accident de Kango au Gabon : Témoignage d'un rescapé
Mis en ligne le : 20/09/2017
 

           
MINISTERE NYCODEM
Le Ministère NYCODEM est une association chrétienne principalement basée sur Internet, qui se donne pour mission d'œuvrer dans le monde VIRTUEL afin de conduire plusieurs à expérimenter et à conserver la nouvelle naissance sans laquelle nous ne pouvons prétendre appartenir à Dieu. DONALD SORO/ Président fondateur
 
AUTEURS NYCO

 
NOS AUTRES SITES WEB
Cure d'âme PERCO
Nyco WEB RADI0
Amour Chrétien
Naitre de nouveau.com
Facebook
Twitter
Google+
Nyco Rss  
NEWSLETTER NYCO
Recevez chaque semaine l'exhortation NYCO écrite par Donald SORO

Ministère NYCODEM 2005- 2021